revenir à livres

 

Critique de Deschapelles, un bibliographie par Pierre Baudrier


Fin 2010 et en 2011 on annonçait les publications suivantes, diffusées par Amazon :

Surhone (Lambert M.), Tennoe (Mariam T.), Henssonow (Susan F.).- Alexandre Deschapelles.- Elk Grove Village, IL, U.S. A. : Paperbackshop-US, 2010.- 112 p. ISBN 6134687936, 9786134687935

Czoelner (Robert).- Alexandre Honoré Deschapelles : The French King of Chess.- S. l. : CreateSpace, 2011.- 112 p. ISBN-10 1460963334 ISBN-13 978-146-1460963333

On connaissait déjà l’article :

Czoelner (Robert).- Un champion d’échecs né à Ville-d’Avray : Alexandre Louis Honoré Le Breton des Chapelles dit « Deschapelles » (1780-1847), Ville-d’Avray : Histoires et témoignages, N° 4, Avril 2006, pp. 43-47
où l’on pouvait lire : « … En 1832, Alexandre fut compromis avec la société secrète dite « la Société Gauloise » qui conspirait contre Louis-Philippe et suscita une insurrection le 5 juin 1832. Certains Parisiens étaient si impressionnés par ses capacités universelles, qu’ils lui avaient sérieusement proposé de prendre la tête d’un nouveau gouvernement, au cas où la monarchie de juillet serait renversée. Cela lui valut ensuite des accusations de trahison, mais comme sa famille avait de très bonnes relations avec les ducs d’Orléans, il put se tirer d’affaire sans dommage… » (p. 47)

En fait, à la réception, la référence de l’ouvrage de Lambert Surhone et autres était la suivante :

Alexandre Deschapelles : Schach, François-André Danican Philidor, Kadettenanstalt ; Lambert M. Surhone, Mariam T. Tennoe, Susan F. Henssonow (Ed.).- S. l. : Betascript publishing, 2010.- 105 p. ISBN 978-613-4-68793-5

Le livre ne consacre qu’une page à Deschapelles, la page 1, répétée en partie en quatrième page de couverture. C’est la biographie en allemand de Deschapelles sur Wikipedia. Ainsi Deschapelles aurait été grièvement blessé à la bataille de Fleurus alors qu’en réalité il le fut le 9 juillet 1796, à la bataille d’Ettlingen. Tout le livre est en allemand, tout provient de Wikipedia.

De quoi nous entretient-on finalement ?

pp. 2-25 un exposé sur le jeu d’échecs, sans la moindre allusion à Deschapelles
26-31 François-André Danican Philidor
32-36 les écoles d’officiers en général
37-39 Brienne-le-Château, d’ailleurs plus la ville que l’école militaire
40-41 Bataille de Fleurus (1794)
42-44 un exposé sur la logistique. Pourquoi pas ? On l’enseigne dans les écoles militaires.
48-49 Louis-Charles Mahé de la Bourdonnais
50-51 Pierre Charles Fournier Saint Amant
51-56 Louis-Philippe Ier
57-59 les parties à avantage, sans évocation de Deschapelles
59-60 le Café de la Régence
61-68 le billard
68-78 le backgammon y compris, p. 76, une variante : la chouette
79-97 le bridge. Il n’est pas question du coup Deschapelles
98-105 des histoires de copyright : sources, licences, auteurs des images ; GNU Free Documentation License

En somme, alors qu’on s’attendait à une biographie de Deschapelles en 105 pages Betascript publishing fournit 1 page de biographie … replacée dans l’univers culturel de Deschapelles. La langue de l’ouvrage, l’allemand, ajoutera à la déconvenue de plus d’un lecteur.
Quel dommage que Betascript publishing n’ait pas publié un exposé du coup Deschapelles et, dans un genre différent, le document Taschereau ! On les trouve en allemand sur le Web.

La publicité de l’ouvrage de Mr Czoelner sur Amazon valait le détour. L’amateur se convainquait que le sujet serait effectivement traité. La notice du livre s’ornait du portrait de Deschapelles et de clic en clic on retrouvait ce portrait en page 4, en page 7 le portrait du père, le maréchal de camp Louis Gatien, et en page 4 de couverture le portrait … de Mr Czoelner lui-même. On pouvait lire toutes les pages de 1 à 8 et faire des recherches par mot(s) : Chateaubriand, O’Hegerty, etc. La page des matières était en page 1.

Sur Wikipedia, la biographie de Deschapelles en version anglaise porte désormais la marque des travaux de Mr Czoelner.

Pour ma part j’avais insisté sur l’activité politique de Deschapelles et noté :

sa parenté avec les écuyers O’Héguerthy de la cour de Charles X en exil,
le lancement de l’insurrection républicaine des 5 et 6 juin 1832 par Deschapelles et le duc de Fitz-James – dans quel ordre ? –, Charles X lui-même étant informé,
une allusion à Deschapelles dans les Mémoires d’Outre-Tombe de Chateaubriand, MOT qu’il conviendra d’annoter en conséquence,
l’évocation de la Société gauloise de Deschapelles dans Tous les hommes sont mortels de Simone de Beauvoir,
la mention de Deschapelles dans le document Taschereau

d’où les publications suivantes :

Baudrier (Pierre), éd. France. Préfecture de police de Paris.- [Rapport sur les événements des 5 et 6 juin 1832 : texte dactylographié d’un manuscrit du carton E5 26 de la Correspondance militaire générale des Archives historiques du Ministère de la guerre].- [Créteil : Service de Reprographie de l’Université, Centre Multidisciplinaire, 1977].- [9] ff.

et du même :

Liens de parenté insolites, Héraldique et Généalogie, vol. 10, n° 6, nov.-déc. 1978, p. 391
Le testament de Deschapelles, Europe Échecs. Revue mondiale d’expression française, juin 1980, n° 258, 21ème année, pp. 10-11
La notoriété de Deschapelles, pp. 39-46 In Blanqui et les blanquistes… [Actes du colloque Blanqui tenu les 1, 2 et 3 octobre 1981 au Centre Malher de l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) / Ed. par la ] Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, préf. de Ph[ilippe] Vigier.- Paris : SEDES, 1986.- 292 p. ; 23 cm ISBN 2-7181-3116-0
Chateaubriand ou Deschapelles ?, pp. 2-7 In Pour André Crépin. La forêt dans la réalité et dans la fiction. Renard dans les vignes. Nains et géants. La femme dans la musique. Religion et littérature. La culture sur les rives de la Méditerranée. Varia.- Amiens : Presses du « Centre d’Études Médiévales », Université de Picardie – Jules Verne, 2008.- V-488 p. (Études Médiévales, Revue publiée par Danielle Buschinger, 9ème et 10ème années, Numéro double 9-10) ISBN 2-901121-15-2
Pour une note supplémentaire dans les éditions des Mémoires d’Outre-Tombe : Le sieur Deschapelles, Généalogie en Yvelines, n° 92, juin 2010, pp. 80-81, 120

A la réception de l’ouvrage de Mr Czoelner on lit que, sa documentation étant restée en Allemagne, l’auteur a mis la dernière main à son livre au Brésil. Les portraits sont là, dans un bilan en trois langues, anglais, français, allemand, des acquis sur Deschapelles, sa famille et les familles alliées. La part de Mr Czoelner aura été prépondérante dans les recherches en Seine-et-Oise et sur l’émigration des parents de Deschapelles en Allemagne.


Pierre Baudrier

 


 

revenir à livres